Portrait de Neliganov, la Princesse Russe

Joueurs, Agents, Coach

Modérateur: Président

Portrait de Neliganov, la Princesse Russe

Messagepar Président » Ven 16 Jan 2009 3:45 pm

Si l'on parle de Jan Trulis ou de Patrick Staal comme étant des "Bébés de la Y1" puisqu'ils n'avaient que 18 ans lors de la première saison de l'histoire de la ligue, on peut dire de la cuvée de Anatoli Neliganov qu'ils sont des "Bébés de la LJQSHL".

En effet, Neliganov est apparu à 16 ans en même temps que la LJQSHL faisait son entrée dans le giron de la QSHL, soit à la Y7.

S'il est surement le plus "high-profile" du groupe, il n'a pourtant pas été sélectionné le premier. Cet honneur revient plutot à Iannick Sauvé, que les Braves de Valleyfield avaient sélectionnés avec le tout premier choix de ce repêchage.

Et dire que Neliganov a pu se faufiler jusqu'à la 6e sélection, un véritable cadeau du ciel pour les Smurfs de Chicoutimi (aujourd'hui les Aigles de Trois-Rivières).

"Devant nous, plusieurs équipes avaient déjà comblés leurs besoins au centre. C'est surtout la sélection de Toronto qui nous effrayait, mais Neliganov ne cadrait pas du tout dans la philosophie de l'équipe", dit Eric Tremblay, ancien DG de Chicoutimi, maintenant paysagiste à temps-partiel pour combler ses temps libres durant sa retraite. "Nos calculs étaient parfaits!"

C'est que Valleyfield avait déjà passé un bon choix sur Alexandre Marceau pour piloter leur premier trio. Ottawa au 2e rang avait déjà sélectionné le vétéran Jan Pettrczik durant le repêchage des 19 ans. Au 4e et 5e rang, Halifax (qui a repêché Darren Yates) et Victoriaville avaient déjà Peter Sekeras et Samuel Dahlin pour leurs premiers trios. Puis à Toronto, où l'on voulait jouer un style plus robuste, les Loyalists ont préférés sélectionner le Big Ben Bourdain avec le 3e choix.

"Dans notre cas, il n'a jamais été question d'y aller avec Neliganov. Nous avions promis un produit à notre clientèle et Benoit Bourdain répondait à merveille à cette demande", dit le DG de Toronto, Mark Smith. "On craignait que Neliganov ne plaise pas à nos fans".

Ceci étant dit, Neliganov a été dans la lutte aux meilleurs pointeurs durant ses 3 saisons avec Chicoutimi. À la Y1 (les données sont malheureusement perdues à jamais), il s'était tout juste incliné derrière Sven Tumba. Puis à la Y2, il s'est tout juste fait coiffé 111 à 110 par ce même Tumba. À la Y3, il a été dans la course, mais il a dû se contenter du 4e rang derrière Olvalchov, Jiri Beranek et Wayne Sutter.

Petit bémol à sa carrière junior...? Neliganov n'a jamais réussi a passer la 1ere ronde des séries. À la Y1, Chicoutimi ne peut pas passer au-travers de Halifax, alors qu'à la Y2, ils ont tout simplement été écartés des séries éliminatoires. À sa dernière tentative, ses Smurfs se sont butés à Victoriaville qui les a sorti en 7 parties.

L'année suivante, le DG Mike Belliveau fait appel à ses services et il signe un contrat de 800,000$ pour 3 saisons. Pour sa saison recrue, le rapide et agile joueur de centre russe aura passé l'année sur un 2e trio, apprenant d'un excellent maître en Vinny O'Sullivan.

"Je suis arrivé dans le portrait quelque part en début d'année, puis on m'a rapidement fait comprendre que je devais prendre le kid sous mon aile", affirme O'Sullivan qui évolue maintenant à Gatineau avec les timides frères Pasipanen. "Il avait 20 ans et il débordait de talent. Disons qu'il était un peu perdu sans la rondelle, mais on sent l'amélioration!"

Neliganov partage parfois la glace avec d'autres vétérans, tels que Anders Andersson et Mickael Fortier.

"Je n'ai pas passé toute la saison avec lui, mais mettons que les games que j'ai joué avec lui, on s'est bien amusé. Il est très créatif et il attire les meilleurs défenseurs adverses. Puisqu'il passe bien la rondelle, ca nous rend la tâche si facile", affirme Andersson.

Neliganov marquera 42 buts et 40 passes durant son année recrue, fracassant ainsi le record de Zdenek Soprle (Percé) pour le plus grand nombre de buts et de points pour une recrue. Cette marque de 82 points sera difficile à abattre.

Cependant, Sorel doit s'avouer vaincu en première ronde. Le Tracteur de RDL vient voler la vedette aux champions de conférence en 7 parties, et Neliganov n'a toujours pas remporté une seule série en éliminatoires...


L'année suivante, il retourne au combat. On dit souvent qu'un joueur de 2e année connait une légère baisse de régime avant de recommencer à remplir le filet. Pas lui. Il ajoute 2 points à son total pour connaitre une "sophomore season" de 84 points.

Première réussite pour lui cependant : Sorel élimine Valcourt en 4 petites parties.

"C'est soulagement pour moi. Moi vouloir gagner", avait-il lancé dans une petite entrevue à l'époque.

Malheureusement, Sorel ne s'est pas rendu jusqu'en grande finale, anéanti par les Harfangs en 6 parties -- incluant 2 blanchissages.



Pour sa 3e année dans la grande ligue, Neliganov se paie un trip que peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir vécu. En fait, ils sont 23, et ce sont les joueurs de la 12e édition des Atomes de Sorel. L'équipe a ravagé tout sur son passage, liquidant plusieurs records appartenant à Percé ou à Beauport. Ils ont inscrit des records de victoires, de moyenne de réussite, de buts en avantage numérique, de buts marqués, de buts alloués, etc. Neliganov s'en donne à coeur joie et s'inscrit au 4e rang des meilleurs pointeurs de la ligue avec 93 points. Il n'a toujours pas amélioré sa marque de 42 buts inscrite à son année recrue, mais le nombre de passe continue de croître. Il a 59 mentions d'assistance cette année là. Aidé de ses comparses, il affiche un différentiel de +32 et a même obtenu du temps de glace en désavantage numérique.

"C'est l'éclosion d'une jeune vedette", affirme Denis Roy qui est maintenant son entraîneur depuis 2 ans. "Il est passé du statut de petit joueur talentueux à grosse pointure de la ligue. Il est devenu un incontournable".

À sa grande joie, la saison de Sorel ne s'est pas terminé avant que tout le monde ne soit éliminé. Les Atomes ont parcouru 19 longues parties puis ont finalement mis la main sur la Coupe Masters -- un trophé qui lui aura fait le plus grand bien, même s'il n'a pas été aussi dominant. Avec 18 points en 19 PJ, il n'a pas été considéré pour les honneurs de MVP des séries.

D'ailleurs, c'est durant ces séries que des journaux adverses lui ont attribués le surnom de "Princesse Russe", en référence à ses origines ethniques et à son aversion pour le jeu robuste.

"Moi préférer le jeu de finesse, celui pratiqué par grands joueurs russes. Nous pas boxeurs ou lutteurs, nous seulement hockey, baton, rondelle, feintes", affirme-t-il en entrevue.

Le surnom lui est resté, et même qu'il ne le déteste pas. Au contraire, Anatoli Neliganov se transforme en homme d'affaire et il compte bien utiliser ce sobriquet pour sa prochaine campagne.

"Monsieur Neliganov et notre compagnie avons conclu une entente de principe. Il a accepté de parrainé notre prochaine ligne de lingerie sexy pour femme et même de poser pour nos encarts publicitaires", dit Terry Bibeau, le président de Sexy&Sensual, une des plus grosses compagnies de sous-vêtements érotiques.

En fait, sur les prochaines publicités qui seront affichées partout le long des autoroutes, nous verrons un très souriant Neliganov torse nu, accompagné de 2 jeunes demoiselles en petite lingerie de dentelle rose dans une position respectablement peu suggestive. Le slogan se lira comme suit : "Pour faire plaisir à la princesse en vous". Ce double-sens vise le marché féminin (se sentir bien, se faire plaisir à soi-même, se trouver belle) autant que le marché masculin (acheter un sous-vêtement à sa femme pour retrouver le plaisir au lit).

La campagne devrait être lancée sous peu. Le shooting s'est déjà déroulé et on dit que tout s'est bien passé.

"Il a fait preuve de beaucoup de classe et de sagesse dans ce dossier", dit le président Alexandre Lussier qui a vu les photos. "Disons que le fait de s'associer à un tel genre... d'équipement... aurait pu lui faire mauvaise réputation, mais il y parait très bien et ce ne sont pas des publicités de mauvais gout ou même vulgaire. J'approuve ce geste à 110%".


Toutes ces belles réussites sont surprenantes pour un jeune garçon à qui ont avait déconseiller de jouer au hockey. Des faiblesses cardiaques décelés dès son jeune âge auraient pu lui être fatales. Mais Neliganov a été bien traîté par les médecins de Moscou, et suite à son opération qu'il a subi vers 8 ans, son médecin lui a confirmé qu'il était en mesure de continuer son activité physique.

"Cela le ralentit toujours un peu, c'est certain. C'est le joueur de notre équipe avec le plus faible potentiel cardiaque et il a souvent le souffle court", dit Dr. Corbeil, le médecin des Atomes de Sorel. "Mais je ne craint pas pour sa santé. Il est en mesure de jouer dans la QSHL de facon sécuritaire et il pourra le faire toute sa carrière".
Alexandre Lussier
Président de la QSHL et responsable de la QSHLPA
Y1-Y4 DG Shotgun de Sherbrooke, Y12 DG Blizzard de Valcourt, Y13-... DG Phénix de Sherbrooke
4 Finales : Y2, Y3, Y19, Y20
CHAMPION DE LA COUPE MASTERS Y20
Avatar de l’utilisateur
Président
Dieu
 
Messages: 7017
Inscription: Mer 09 Jan 2008 8:20 pm
Localisation: Sherbrooke

Messagepar Mike » Ven 16 Jan 2009 4:27 pm

Alex, tu es en feu!!!

:P
I still really love this fucking game.
Avatar de l’utilisateur
Mike
Dieu
 
Messages: 4096
Inscription: Ven 21 Déc 2007 4:20 pm
Localisation: Sorel

Messagepar Dj Labs » Ven 16 Jan 2009 4:50 pm

héhé très nice article!
.....et toujours pas de finale !!! -:(
y16: 108 pts (1e de la ligue saison régulière)
y15: 94 pts (2e de la ligue saison régulière)
y14: 81 pts (4e de l'ouest)
y13: 96 pts (1e de l'ouest)
y12: 86 pts (2e de l'ouest)

OLYMPIQUES DE GATINEAU
Dj Labs
Avatar de l’utilisateur
Dj Labs
Dieu
 
Messages: 2022
Inscription: Mer 09 Jan 2008 7:37 pm
Localisation: Gatineau


Revenir vers Échos de vestiaires

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron